mardi 14 octobre 2008

Il est calme!

Ce matin au parc, alors que mon fils "me promenait" (c'est plus moi qui le suis que le contraire), une jeune femme est arrivée, portant sur son ventre dans un porte-bébé sa fille. En bonne américaine, elle engage tout de suite la conversation (la facilité avec laquelle ce peuple entame le dialogue m'épate toujours). Une des premières choses qu'elle me dit est que sa fille est timide. En effet, la petite, plus jeune que mon fils de deux mois seulement enfouit sa tête dans le tee-shirt de sa mère. Lui par contre, comme d'habitude fait son numéro de charme.
Elle me confie ensuite que les gens lui disent souvent que sa fille est calme et qu'elle leur répond qu'elle ne l'est guère à la maison, semblant se défendre de quelque chose.

Dingue. Je m'identifie immédiatement à elle. Ce sujet m'a occupé l'esprit de longues journées. Quasiment toutes les personnes entrant en contact avec mon fils le trouvent calme. Or, jusqu'à il y a peu, je prenais ces remarques pour des critiques négatives, qui plus est dirigées à mon endroit. Je me défendais perpétuellement. Soit en répondant comme cette jeune femme qu'il n'était pas comme ça "en privé" soit en expliquant que "les chiens ne font pas des chats".

J'en ai souffert en fait. Parce que je ne voulais pas qu'on "étiquette" mon bébé comme on m'avait étiquettée. Je ne voulais pas qu'on le prenne pour un mou, pour un timide, un lent, voire un con. Mon histoire quoi! A travers lui c'est encore moi que l'on agressait. Et ce fait même m'était insupportable. La peur que mon problème devienne le sien.

Et puis, j'ai été confrontée à deux enfants hyperactifs. Pas longtemps; ça m'a suffi. L'effet de fatigue immédiat que ses enfants ont créé sur moi m'a fait réaliser que le qualificatif de "calme" que l'on attribuait au mien exprimait plutôt une jalousie, une envie. Et en effet, quel bonheur! Un gamin qui en dix minutes est monté et redescendu de la table une bonne cinquantaine de fois, ne s'est pas arrêté dix secondes pour regarder ce que vous lui montriez, n'a pas pris le temps simplement de vous regarder est pour moi synonyme d'enfer. Mon petit bonhomme qui écoute attentivement quand je lui raconte une histoire, me regarde dans les yeux quand je fais le clown, s'assoit près de moi quand je dessine et observe un endroit et des gens qu'il ne connaît pas longuement avant d'être lui-même, c'est une bénédiction!

Alors je lui ai dit à cette mère: "Avant j'étais comme vous, mais aujourd'hui je suis fière. Tant mieux pour eux s'ils sont posés..." J'espère avoir mis un peu de soleil dans sa journée. Maintenant quand on me dit que mon fils est calme je réponds avec une lueur dans le regard : "oh oui!" d'un air qui signifie impétueusement "et pour ça aussi, il est formidable !".

2 commentaires:

funambuline a dit…

Pour côtoyer régulièrement des enfants super actifs, j'aimerais bien en croiser plus souvent des calmes, tu as de la chance !

Et à part ça, je crois que c'est le premier commentaire sur ton blog... longue vie à lui :-)

Zoé a dit…

Merci funambuline! Pour la chance et pour le premier commentaire! ;-)